Pourquoi les chiens sentent-ils le postérieur des gens et des animaux ?
Picture of David Quammen

David Quammen

Pourquoi les chiens sentent-ils le postérieur des gens et des animaux ?

Les points clés de l'article 🔑

Découvrez pourquoi nos compagnons à quatre pattes ont un penchant pour les salutations olfactives des plus intimes, et comment ce geste leur dévoile un univers d’informations cachées.

La communication olfactive canine : plus qu’un simple « bonjour »

Contrairement aux humains qui se fient principalement à la vision pour leurs premières impressions, les chiens forment les leurs à travers un rituel olfactif.

Lorsque deux chiens se rencontrent, le fait de se renifler mutuellement dépasse de loin une simple salutation ; c’est une conversation complexe qui se déroule.

Chaque reniflement est une enquête approfondie, permettant de déchiffrer les multiples couches d’informations que porte l’odeur d’un congénère.

Les sacs anaux situés près de l’anus du chien jouent un rôle capital dans cette interaction. Ils sécrètent une signature olfactive unique, véritable carte d’identité olfactive. Cette signature renseigne sur des aspects vitaux tels que le sexe, l’état de santé, le régime alimentaire, et même l’humeur actuelle.

La capacité olfactive des chiens : un sens des milliers de fois plus aiguisé que le nôtre

Quand il s’agit d’olfaction, les chiens nous surpassent de loin avec une capacité odorante estimée à 10 000 à 100 000 fois plus développée que celle des humains. Le nombre prodigieux de cellules olfactives qu’ils possèdent est à l’origine de cette performance sensorielle. Cette précision olfactive leur confère la faculté de déceler des maladies chez l’homme simplement en reniflant, un attribut qui est exploité en médecine pour le diagnostic précoce de certaines conditions.

Il est aussi connu que les chiens peuvent sentir des changements subtils dans l’odeur humaine, ce qui les alerte sur notre niveau de stress ou de maladie. Une telle sensibilité crée un lien de communication non parlé entre les canidés et les humains, mais sert surtout au sein de leur propre espèce pour maintenir une hiérarchie sociale et des relations interpersonnelles.

Lire aussi :  Quelle est la durée de vie d'un chat ?

L’organe de Jacobson : un organe spécifique pour déchiffrer les odeurs entre les chiens

Un outil anatomique unique chez les chiens, l’organe de Jacobson, leur donne la capacité de traiter les informations olfactives différemment de l’odorat classique. Cet organe, absent chez l’humain, permet aux chiens de détecter les hormones et phéromones, leur offrant une compréhension sophistiquée du monde qui les entoure. Les léchouilles, souvent un geste d’affection, sont aussi une façon d’utiliser cet organe sensoriel pour mieux s’informer.

Le mouvement de l’ouverture de la gueule après avoir flairé un congénère aide à activer cet organe de Jacobson, permettant ainsi de capter des odeurs particulièrement discrètes et de comprendre des messages hormonaux complexes.

Une bibliothèque d’informations : ce que le postérieur d’un chien révèle à ses congénères

Le rituel du flairage du postérieur entre chiens est loin d’être une simple formalité ; c’est une véritable lecture d’informations détaillées.

À travers ce comportement, ils se renseignent sur le statut reproductif de leurs congénères, leur diète, leur santé, et même les lieux qu’ils ont fréquentés. Cela procure aux chiens une ample bibliothèque olfactive d’éléments qu’ils peuvent utiliser pour interagir de manière appropriée et établir des liens sociaux.

Ces informations rendent chaque interaction entre chiens, riche, les aidant à formuler les bonnes réponses sociales, qu’il s’agisse de dominance, de soumission ou d’intérêt sexuel. Leur capacité à se reconnaître entre eux par l’odeur est essentielle à la structure sociale des canidés.

Vous avez aimé ?

Nos meilleurs articles dans la thématique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter experts

Notre newsletter vous fournit les bons conseils pour progresser en prenant plus de plaisir.